Aujourd’hui, on retrouve l’équipe de SFECO à Châteaurenard, sur une installation photovoltaïque en toiture d’une serre agricole.

En termes de puissance, on est sur quelle échelle ?

On est sur une puissance de 930 kWc, ce qui correspond à environ 2800 modules (les modules sont les panneaux solaires). L’installation est constituée d’un local technique, dans lequel nous avons 6 onduleurs qui permettent la transformation du courant. Il y a aussi des boîtes de jonction qui permettent de regrouper l’ensemble de cette puissance, qui arrive ensuite aux onduleurs. 

À quoi sert un onduleur ?

L’onduleur sert à transformer un courant continu en courant alternatif (celui qu’on a à la maison, le 230V).

Pour résumer le parcours de l’installation, c’est du soleil aux panneaux photovoltaïques, qui vont convertir l’énergie solaire en courant électrique, d’où le terme de photovoltaïque ?

Exactement ! Le nom photovoltaïque vient des photons, c’est-à-dire l’énergie solaire et voltaïque pour Volt, l’unité de mesure de la tension.

Afin de continuer le trajet de l’installation, on passe par les panneaux, par les boîtes de jonction puis par les onduleurs pour convertir du courant continu en alternatif, c’est ça ?

C’est ça ! Et ce n’est pas tout, puisque nous sommes sur une installation supérieure à 250 KWH, on a une barrière entre les petites installations (que l’on appelle tarif jaune) et les grandes. Dans les installations supérieures à 250 KWH, on doit livrer le courant non plus en basse tension (380V), mais en haute tension (jusqu’à 20 000 KV). Vous pouvez donc voir à l’extérieur que nous avons un poste de transformation appelé aussi le point de livraison (là où Enedis vient récupérer l’ensemble du courant). Ils ont aussi mis en place un compteur pour comptabiliser tout ça.

Peut-on parler de l’usage de ces panneaux solaires ou de leur intégration ? Au-delà de la partie technique, comment se construit un tel projet ?

Je vais d’abord identifier les différents acteurs d’un projet solaire photovoltaïque.

Il y a tout d’abord le développeur. Son rôle est de chercher des surfaces, des toitures, des terrains agricoles pour mettre en place des serres, un terrain avec des enfouissements quelconque pour mettre une centrale au sol… Il cherche à valoriser des surfaces qui ne sont actuellement pas ou peu utilisées. Dans notre cas, il a trouvé un terrain, un agriculteur qui était favorable à mettre en place une serre photovoltaïque pour réaliser ce beau projet.

La serre que l’on voit n’existait pas avant ?

Effectivement, on a choisi de réaliser une serre photovoltaïque avec un type de bail à construction qui permet, par exemple, un partenariat avec l’hébergeur (ici l’agriculteur) et le producteur d’énergie (qui est le développeur).

Il y a également le constructeur, qu’on appelle également le contractant général qui va faire l’ensemble des études et qui va trouver des entreprises pour réaliser ces travaux. C’est donc dans ce cadre-là que nous sommes intervenus et avons réalisé l’ensemble de la partie électrique sur cette centrale.

J’imagine que là, c’est le cas idéal, non ?!

En effet, on parle d’un schéma gagnant-gagnant pour faire de l’intégration de panneaux puisqu’on part d’un terrain et il y a un travail de bureau d’études, de coordination et donc d’intégration de la solution photovoltaïque à une construction qui est entièrement à réaliser.

Quelques mots sur la façon de SFECO de se différencier, sa marque de fabrique ?

SFECO porte un très fort intérêt sur l’aspect qualitatif. On veut que notre installation instaure une confiance pour le producteur, l’hébergeur. Et pour ça il n’y a pas de secrets… C’est la rigueur et le contrôle qui permettent d’arriver à ce résultat.

L’entreprise a maintenant 8 ans, elle a été créée en 2013 et tous nos employés ont été formés en interne à notre manière de travailler. C’est grâce à cela qu’on arrive sur des résultats qui promettent de beaux jours à l’exploitant de la serre, mais aussi à l’exploitant de la centrale photovoltaïque.

Merci beaucoup Nicolas et merci à toute l’équipe SFECO pour son accueil aujourd’hui, et à très bientôt sur un nouveau projet !

À très bientôt !

Retrouvez cette interview en vidéo 🎦

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par SFECO (@sfeco.fr)